Consulat Général du Burkina Faso à Paris

BURKINA FASO – RICHESSE ET DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

 24

Le Burkina Faso se singularise par la cohabitation harmonieuse, de plus de soixante ethnies tenues par des liens culturels bien enracinés ,la tradition d’hospitalité de ce peuple puise en partie sa sève de cet héritage.

Ce socle culturel a permis et facilité l’émergence de nombreux événements destinés à valoriser et à préserver le patrimoine des collectivités et à mieux asseoir les bases d’une nation fondée sur l’apport équitable de toutes les composantes culturelles de sa société.

Grace à cette diversité préservée, le Burkina Faso offre sur son territoire, une diversité de manifestations reparties de façon équilibrée sur l’étendue de son territoire la diversité culturelle s’accompagne d’une diversité de l’habitat, des sites naturels et archéologiques, et de la faune.

images (1)images (2)

A côté de la chasse qui constitue une activité touristique importante de décembre à mai, et pour laquelle     de nombreuses mesures ont été prises (plan d’action et de gestion cohérent, minimisant les impacts de l’exploitation des ressources sur le cadre de vie et les communautés), le Burkina Faso offre des sites culturels tels que :

• les vestiges du royaume du Yatenga (Ouahigouya, Gourcy)

• les sites archéologiques de Gandé Fabou, Pobé Mengao,

• les sites historiques de Bama, de Noumoudara et de loropeni  (bataille historique, sanctuaire des rois gans et ruines.),

• les témoignages de l’organisation des royaumes Mossi (architecture, musées, mausolées, cours royales, palais du Mogho Naba, etc.).

Citons également les sites sacrés (mare aux crocodiles sacrés), l’impressionnante architecture de Kassena et Nankana dans le sud, les cultures du rameau gourounsi, et les sites naturels de Sindou et de Negueni (pics et village perché) , Les arts du spectacle, associés aux métiers d’art, connaissent un essor remarquable caractérisé par une grande diversité d’expressions culturelles soutenues par une tradition de rituels initiatiques ou populaires (festivals de masques notamment). Ces expressions sont encouragées dans la mesure où elles participent de la préservation et de la valorisation des identités du pays au niveau régional, le Burkina Faso organise tous les deux ans depuis la fin des années soixante, le FESPACO (Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de ouagadougou), et, depuis le début des années quatre-vingt, le SIAO (Salon International de L’Artisanat de Ouagadougou), tandis que la Foire Internationale du Livre de Ouagadougou (FILO) en est à sa quatrième édition ,fortement soutenu par les bureaux des artisans implantés en 1991, à Bobo-Dioulasso  et à Ouagadougou, le secteur de l’artisanat est en plein essor e nombre de professionnels s’évalue à prés de 900 000, dont plus de 500 000 sont des femmes C’est le deuxième secteur de revenus après l’agriculture et l’élevage et constitue près de 30 % du PIB des filières existantes, citons le textile (tissages, teinture, broderie, couture) , le bois (menuiserie, ébénisterie), la transformation agro-alimentaire (saponification, restauration, séchage de fruits et légumes, transformation des céréales), les cuirs et peaux (maroquinerie), la vannerie et la transformation des métaux.

Le tourisme culturel, au regard des énormes potentialités, du contexte humain très favorable et des initiatives prometteuses amorcées, est un secteur d’avenir au Burkina Faso.

« Source UNESCO Division des Politiques Culturelles et du Dialogue Interculturel « 

M. Dansa BITCHIBALI Consultant.

 2