Consulat Général du Burkina Faso à Paris

logoB

APERÇU SOCIO-ÉCONOMIQUE DU BURKINA FASO

A l’aube du 3è millénaire, le Burkina place sa stratégie de développement pour les années avenir dans une perspective d’ouverture au marché régional et mondial. Il s’est fixé un objectif précis : devenir un pôle de développement en Afrique de l’Ouest. Une telle ambition est fondée sur une appréciation objective des forces et limites du pays.

Au début des années 90, d’importantes réformes ont été engagées dans plusieurs domaines dont les résultats aujourd’hui, autorisent l’espoir. Au plan politique, le Burkina a noué avec l’Etat de droit après une douzaine d’années de régimes d’exception. Les institutions démocratiques mises en place fonctionnent de façon satisfaisante, et assurent au pays une longue période de liberté et de stabilité qu’il n’avait jamais connue auparavant.

Dans le domaine économique, un programme d’ajustement structurel a permis de rétablir les grands équilibres macro-économiques, et d’assainir les principaux secteurs de l’économie.
Enfin, sur le plan social, il a été entrepris de répartir équitablement les fruits de la croissance, en consacrant une part importante des ressources de l’État aux secteurs de l’éducation de base, de la santé, de l’eau et de l’assainissement.

Le Gouvernement veut maintenant passer à la phase de modernisation de l’économie. Cela permettra de créer davantage de richesses, d’accroître la compétitivité et de conquérir de nouveaux marchés extérieurs. Dans cette stratégie, le secteur privé est appelé à jouer un rôle de premier plan.

L’environnement institutionnel et juridique mis en place (code des investissements, code douanier, code minier, législation du travail, etc), offre aux investisseurs nationaux et étrangers un cadre idéal pour concrétiser rapidement leurs projets et garantir la rentabilité de leurs investissements. Le Burkina regorge de ressources agropastorales et minières encore faiblement exploitées. En outre, le fait de disposer d’une main d’œuvre abondante et laborieuse constitue un avantage supplémentaire.

Dans la perspective de l’intégration en cours, le Burkina dispose d’un atout géographique de taille. Idéalement placé au cœur de la sous-région, il sera un carrefour incontournable au sein du marché commun UEMOA (70 millions de producteurs et de consommateurs) dont l’entrée en vigueur est effective depuis le 1er janvier 2000. Le Gouvernement redis aux amis et partenaires du Burkina la disponibilité du pays à accueillir et protéger leurs investissements, dans le strict respect des intérêts réciproques et des règles de la coopération internationale.